Alumni

...People watch out for each other, and that's a beautiful thing. It's a close community, and that is something that I don't necessarily have with my friends from college. That's why the mention of FASNY always brings a smile to my face: it really felt like home.

Charlotte Haimes, FASNY Alumna




alumni stories

Layla Zaidane, making life better for young people in America

Layla Zaidane

  • Managing Director, Generation Progress | Directrice Exécutive, Generation Progress

I can still remember being in 8th grade at FASNY, sitting in the cafeteria, and meticulously reviewing the application for Georgetown University. I knew even back then that I wanted to study, live, and begin my career in Washington, D.C., and I'm so grateful to FASNY for helping me achieve my dream. But after graduating from Georgetown a semester early (whoever's idea it was to have us all take the AP French exam for credit as middle schoolers - thanks!), I had some unexpected time on my hands. I hadn't really thought too much about what I would do after Georgetown, and I suddenly had a fairly urgent problem on my hands: now what?

First, I tried to pass the Foreign Service Exam and begin a life as a diplomat. However, I ran into two problems: 1) that process can take years, doing nothing to solve my immediate issue of being unemployed, and 2) I missed the cutoff score by one point, forcing me to wait a whole year before trying again. So, it was time to think a little more creatively. At the time, a little start-up called LivingSocial was just getting started in D.C., and more importantly, they were hiring. So, though it seemed pretty far removed from the life in politics I had imagined for myself, I took a chance on what seemed to me to be a random tech start-up.

It turns out, that was one of the best decisions I could have made. As I write this now as Managing Director of Generation Progress, the youth-engagement arm of the Center for American Progress (CAP), I can't imagine having gotten to where I am today without learning what I did at LivingSocial. Not only did I learn digital media skills, communications tactics, and online engagement strategies, but the entrepreneurial environment enabled me to confidently take risks and rise to new challenges. When the opportunity arose to apply to CAP as their digital communications associate, I was ready for my moment.

For the past four years, I've been helping to lead policy, advocacy, and communications campaigns around issues that impact young people across the country. I've organized rallies at Capitol Hill, events with the White House, and roundtables with young leaders in states far away—all with the goal of creating progressive change for Millennials. In my time here I've had increasing levels of responsibility, and I've been fortunate enough to work with and speak on panels with amazing people like state governors, foreign elected officials, and State Department appointees. I even got to meet Vice President Joe Biden backstage before one of our events! Recently, I was named to Fusion's list of 30 Women Under 30 Who Will Change The Election, and I'm so proud to be able to do work every day that is making life better for young people in America.

Being open to the opportunities around me and have helped me do more than what the 8th grade version of me ever imagined. Though my path into politics was circuitous, I know that I'm the person I am today because of those experiences. 2016 is going to be a big year, and I couldn't be more excited to see what's next.

Je me revois encore en 4ème à la FASNY, assise dans la cafeteria à examiner méticuleusement la demande d’admission à Georgetown University. Je savais déjà que je voulais étudier, vivre et commencer ma carrière à Washington, et je suis très reconnaissante à la FASNY de m’avoir aidée à réaliser mon rêve. Mes études à Georgetown terminées avec un semestre d’avance (merci à la personne qui nous faisait passer les examens AP de français au collège, nous donnant ainsi des U.V à l’université !), je me suis retrouvée avec du temps libre. Je n’avais jamais réfléchi à l’après-Georgetown, et je me trouvais désormais avec cette question : que faire ?

J’ai d’abord tenté l’examen du Foreign Service afin de commencer une carrière de diplomate. Là, je me suis heurtée à deux problèmes : 1) c’est un processus qui peut prendre des années, ce qui ne résolvait pas mon problème immédiat de l’emploi de mon temps libre ; et 2) j’avais raté l’examen d’entrée d’un point, ce qui m’obligeait à attendre toute une année pour le re-tenter. Il était temps d’avoir un peu plus d’imagination. A l’époque, une start-up appelée Living Social se développait sur Washington, et qui plus est, embauchait. Bien que fort éloignée du secteur des affaires publiques dans lequel que je m’étais imaginée, je décidai de miser sur ce que je croyais être une petite start-up technologique parmi tant d’autres.

Cette décision s’avéra être une des meilleures que j’aie faites. A l’heure où j’écris ces lignes, je suis Directrice de Generation Progress, la branche du Center for American Progress (CAP) qui mobilise les jeunes, et je ne serais pas là si je n’avais pas tant appris à Living Social. Non seulement y ai-je acquis les techniques des medias numériques, les tactiques de communication et les stratégies de participation en ligne, mais j’ai aussi largement bénéficié du dynamique esprit d’entreprise qui y régnait et qui m’a poussé à prendre des risques et à relever de nouveaux défis avec confiance. Lorsque l’occasion s’est présentée de postuler en qualité de responsable des medias sociaux de CAP, j’étais prête.

Ces quatre dernières années, j’ai contribué à monter des campagnes politiques, de soutien et de communication dans des domaines touchant les jeunes dans notre pays. J’ai organisé des rassemblements à Capitol Hill, des évènements avec la Maison Blanche, des réunions avec de jeunes leaders dans des Etats éloignés – tout cela dans le but de créer le changement pour la génération Y. Depuis que je suis arrivée, mes responsabilités n’ont cessé de croître, et j’ai eu la chance de travailler et d’intervenir dans des conférences avec des personnalités fascinantes, gouverneurs, élus étrangers, délégués du Département d’Etat. J’ai même rencontré en personne le vice-président Joe Biden en coulisses avant un de nos évènements ! J’ai récemment était nommée par Fusion l’une des trente femmes de moins de trente ans qui vont changer les élections, et je suis très fière de contribuer par mon travail quotidien à améliorer la vie des jeunes en Amérique.

Juliet Perrachon and Marianne Perez de Fransius, helping other parents traveling with babies have a better experience

Juliet Perrachon and Marianne Perez de Fransius (née Perez)

Co-founders, bébé voyage | Co-fondatrices, bébé voyage

We are two FASNY alumnae who have started a business together, bébé voyage (www.bebevoyage.com), which connects and supports a global network of parents traveling with their babies. So much of how we organize ourselves and our values for the business are directly attributable to FASNY.

In fact, as we attended FASNY from pre-school through eighth grade it is difficult to say how FASNY has NOT impacted our lives. We are both in touch with friends from when we were 5, 6, 7 years old and we kept in touch with each other, even though we are four years apart--Marianne having graduated high school in 1998 and Juliet in 2002. (Albeit it helped that our parents and even grandparents are old family friends!) But the connections that one makes at and through FASNY are lifelong, because it is not just a school but also a community which places great importance on the values of tolerance, inclusion and celebrating uniqueness in diversity. With much of what we see in the news pushing up against those values, it is not surprising to us that FASNY graduates seek out like-minded individuals.

Part of the reason we started bébé voyage is because we know from FASNY that there is a class of multi-lingual and multi-cultural people who want to or need to travel around the world and who are looking to connect with people with shared values. In fact, when we first started Club bébé voyage, our thriving Facebook community, at least a quarter of the initial members were friends from FASNY. Out of that, we quickly realized the tremendous need for new parents to find trustworthy, digestible information about traveling with babies. In 9 months, we’ve already grown to nearly 1700 members!

For Marianne, the ethos and approach of the school--celebrating uniqueness in diversity--has played a determinant role in her choice of lifestyle. She honestly did not understand the concept of racism, or even stereotypes, until she left FASNY. It just never occurred to her to treat someone differently because they came from somewhere else, looked different or had a different way of speaking. That probably has a lot to do with why Marianne studied International Relations at Georgetown and then Peacebuilding and Conflict Resolution, and why she is willing to live in different countries with her husband, a Swedish diplomat.

Likewise for Juliet, spending her formative years at FASNY has shaped her outlook on the world. Having had the unique opportunity to be in class with people from diverse cultures and religious backgrounds didn’t actually feel unique, it felt normal. Later on, when Juliet attended the University of Pennsylvania, she was surprised there was a dorm dedicated to African Americans. It had never occurred to her that anyone would want to live separately. Juliet also maintains that growing up bilingually amongst all these cultures has not only made her more open-minded when it comes to ethnic backgrounds, but to life situations. Having grown up constantly having to switch her mind from one culture to the next, she’s found that her mind has been open to other people’s opinions and ways of life, allowing her to make friends from all places and walks of life.

FASNY has rubbed off in other ways on us, namely how we organize ourselves and our work ethic. In fact, Marianne finds it uncanny how when Juliet emails her about creating an on-boarding process for their Ambassador network, she thinks it's a great idea and they should have a file dedicated to it in their shared Google Drive only to find that Juliet has already created the file and the new folder and organized it the same way Marianne would have. Must be all those years of organizing their classeurs!

We are also used to juggling busy schedules to achieve concrete results--whether it was managing to keep up with French, English, Math, History, Social Studies, Science, and Latin homework or now tracking all the things that are involved in starting a business. We have to stay on top of our own internal responsibilities, communicating with our members, developing our business plan and services, negotiating contracts, recruiting Ambassadors and interns, just to name some of the things we have on our plate.

All this hard work is paying off! Bébé voyage has already landed a contract with Awestruck, a Los Angeles-based production company owned by Dreamworks, which hired us to executive produce a web series on traveling with babies. We are also starting to build relationships with some big players in the travel industry, travel and baby gear companies as well as airlines. And our Club bébé voyage members continue to rave about how helpful, well-informed and supportive the community is. Go to www.bebevoyage.com to join the Club and to keep abreast of bébé voyage's new products and services.

Nous sommes deux anciennes élèves qui avons lancé ensemble une entreprise, bébé voyage (www.bebevoyage.com), qui met en relation et soutient un réseau global de parents qui voyagent avec leurs bébés. La FASNY est pour beaucoup dans notre façon de nous organiser et dans les valeurs que nous promouvons dans notre entreprise.

En réalité, ayant fréquenté la FASNY de la maternelle à la quatrième, il serait difficile de dire en quoi la FASNY n’aurait PAS impacté nos vies. Nous sommes toujours en contact avec les amis que nous avions à 5, 6 ou 7 ans, et nous sommes restées toutes deux en contact alors que nous avions 4 ans d’écart – Marianne était en Terminale en 1998 et Juliet en 2002 (le fait que nos parents et même grand-parents étaient amis a également aidé). Mais les amitiés qui se tissent à la FASNY durent toute une vie : plus qu’une école, il s’agit d’une communauté qui met un fort accent sur les notions de tolérance, d’inclusion et sur la célébration des différences et de la diversité. Avec les assauts continuels contre ces valeurs que nous voyons quotidiennement aux nouvelles, il n’est pas étonnant que les anciens de la FASNY recherchent la compagnie de personnes qui les partagent.

L’une des raisons qui nous ont poussées à démarrer bébé voyage vient de ce que nous savions par la FASNY qu’il existe une communauté de personnes multilingues et pluriculturelles qui souhaitent ou doivent voyager tout autour du monde et aimeraient entrer en contact avec des personnes qui partagent leurs valeurs. Et de fait, lorsque nous avons commencé par lancer Club bébé voyage, notre communauté Facebook qui remporte un grand succès, au moins un quart des membres d’origine étaient nos amis de la FASNY. A partir de là, nous avons rapidement pris la mesure du besoin des jeunes parents de trouver des informations fiables et digestes sur le voyage avec son bébé. En 9 mois, nous sommes déjà passés à 1700 membres !

Pour Marianne, l’éthique et l’approche de l’école – célébrer les différences et la diversité – a joué un rôle déterminant dans ses choix de vie. Elle ne parvenait pas à comprendre la notion de racisme, ni même les stéréotypes, jusqu’à ce qu’elle quitte la FASNY. Cela ne lui était jamais venu à l’esprit de traiter quelqu’un différemment parce qu’il venait d’ailleurs, avait une apparence ou une façon de parler différentes. C’est probablement en grande partie pour cela que Marianne a choisi d’étudier les relations internationales à Georgetown, puis les résolutions de conflit et la consolidation de la paix, et pourquoi elle est toujours prête à vivre dans différents pays avec son mari, un diplomate suédois.

De même pour Juliet, ces jeunes années décisives passées à la FASNY ont façonné le regard qu’elle pose sur le monde. A l’époque, côtoyer en classe des personnes venant d’autres cultures ou pratiquant d’autres religions ne lui paraissait pas exceptionnel : c’était normal. Plus tard, à l’Université de Pennsylvanie, elle était très étonnée de découvrir qu’il y avait sur le campus une résidence réservée aux noirs américains. Il ne lui était jamais venu à l’esprit que certaines personnes veuillent vivre à l’écart. Juliet est également convaincue que d’avoir grandi bilingue au milieu de toutes ces cultures ne l’a pas seulement rendue plus ouverte aux questions d’origine ethnique, mais aussi dans les situations de la vie courante. Etre élevée en devant sans cesse passer d’une culture à l’autre a ouvert son esprit aux opinions et styles de vie des autres, lui permettant de se faire des amis de toutes origines géographiques et sociales.

FASNY nous a affecté d’autres manières, par exemple dans la façon dont nous nous organisons et dans notre discipline de travail. Ainsi, Marianne trouve très étrange que lorsque Juliet lui envoie un email suggérant un processus d’intégration à mettre en place pour le réseau d’ambassadeurs, elle pense que c’est une excellente idée et qu’elles devraient avoir un dossier dans leur Google drive – puis se rend compte que Juliet a déjà créé le dossier et l’a organisé exactement comme elle l’aurait fait. Sans doute les années passées à organiser les classeurs ! Nous avons aussi pris l’habitude de jongler avec des emplois du temps chargés pour atteindre nos objectifs – à l’époque pour faire tous nos devoirs en français, anglais, maths, histoire, « social studies » ou latin, et maintenant pour lancer notre entreprise. Les tâches sont nombreuses, qu’il s’agisse de la communication avec nos membres, de l’évolution de notre plan de développement et de nos services, de la négociation des contrats, du recrutement d’ambassadeurs ou de stagiaires, pour n’en citer que quelques-unes.

Tout ce travail commence à être récompensé ! Bébé voyage vient de conclure un contrat avec Awestruck, une société de production basée à Los Angeles et détenue par Dreamworks, qui vient de signer avec nous pour que nous soyons les producteurs exécutifs d’une série sur le web consacrée au voyage avec bébé. Nous sommes également en train de bâtir des relations avec des poids lourds du voyage, du bagage et des produits pour bébés, ainsi qu’avec des compagnies aériennes. Et les membres de notre club bébé voyage ne tarissent pas d’éloges sur le soutien et les informations qu’ils reçoivent de la communauté. Rendez-vous sur www.bebevoyage.com pour vous inscrire au Club et rester au courant de nos nouveaux produits et services.

Justin Cruanes, giving smallholder farmers in Burundi the knowledge and means to achieve big harvests, support healthy families, and cultivate rich soil

Justin Cruanes

Business Operations Manager at One-Acre Fund | Gestionnaire des opérations commerciales pour One Acre Fund

My family is French, and I was born and raised in the United States. I attended FASNY from preschool to 6th grade, when we moved back to France. I then attended a French school, and had a very different educational experience there – the transition was not easy. The educational system was less about critical thinking and more about memorizing. I then went on to attend the American School in Paris, which was similar to FASNY in many aspects. I later studied Economics and Finance at McGill University, which I found was quite oriented towards attaining personal financial gain, and did not really fit what I was looking for. I was particularly interested in International Development. I initially focused on the Middle East and North Africa, spent a semester abroad in Istanbul, and travelled to Syria to volunteer in a school for mentally disabled children and work in a food factory. I then spent three years in Morocco, two of them working on a in a USAID program in local governance and another . I spent one year with with the NGO Terre des Hommes focusing on child protection., which works in child protection.

I then wanted to move from the more humanitarian and donor-oriented project to something geared towards economic development and using more of the skills I gained in collegegeared towards enabling its beneficiaries. I joined One Acre Fund in Burundi, which defines itself as a business solution for small farmers. We provide financing, distribution of feed and fertilizer, training on agricultural techniques, and market facilitation. I am based in a small town with a population of about 6 to 8 thousand000 people. We are 10 expats who each lead a department composed of teams of 10 to 20 people on average. While we work towards growing the program and making it more efficient, we focus a lot on building the capacity of our national teams. team of 10 to 20 nationals with the goal to build the capacity of local staffers. The job requires team and project management qualities, program management, humility and a motivation to help others instead of other than financial gain.

It used to be hard work during the week, and lots of fun during the weekends in the city and at the beach. Things changed a year ago, after the elections. The security deteriorated, forcing me to adapt to a quieter lifestyle. I got back into playing the piano several hours a day! I am still able to enjoy the great outdoors, though. A year ago I bumped into another FASNY alum who also works for One Acre Fund out of Dar-Es-Salaam, Tanzania, in risk analysis.

Je suis né et ai grandi aux Etats-Unis au sein d’une famille française. J’ai fréquenté la FASNY de la maternelle jusqu’à ce que nous rentrions en France, en 6ème. Je suis alors allé dans une école française, et l’adaptation a été un peu difficile. Je devais passer d’un enseignement fondé sur le sens critique et l’analyse à un enseignement essentiellement fondé sur la mémorisation. Plus tard j’ai intégré l’American School of Paris, où j’ai vécu une expérience très comparable à ce que j’avais connu à la FASNY. Mes études supérieures m’ont mené à McGill en Economie et Finances, secteur que j’ai trouvé trop orienté vers le gain personnel : j’étais plus intéressé par le développement international. Je me suis d’abord concentré sur le Moyen Orient et l’Afrique du Nord, ai passé un semestre à Istanbul, puis suis allé en Syrie où j’ai été bénévole dans une école pour enfants ayant des handicaps mentaux et ai travaillé dans une usine alimentaire. Puis ce furent trois ans au Maroc, deux à travailler au sein d’un programme de l’USAID promouvant la gouvernance locale, suivis d’une année avec Terre des Hommes, ONG qui se consacre à la protection de l’enfance.

Mon souhait devint alors de quitter le domaine de la mission purement humanitaire se concentrant sur l’obtention de donations, pour évoluer vers le développement économique et la mise en pratique des connaissances que j’avais acquises à l’université. C’est ainsi que j’ai rejoint One Acre Fund au Burundi, dont la mission est de donner aux familles d’agri-éleveurs des services de financement, l’accès aux semences et aux engrais, des formations et l’accès aux marchés. Nous travaillons à proximité de nos clients, dans une petite ville de six à huit mille habitants. Nous sommes une dizaine d’expatriés à mener chacun une équipe d’en moyenne 10 à 20 locaux. Nous travaillons à étoffer le programme et à le rendre plus efficace, tout en nous attachant à construire les capacités des équipes nationales. C’est un travail qui demande de savoir mener une équipe et un projet, d’avoir beaucoup d’humilité et d’être animé par la volonté d’aider les autres plutôt que par l’appât du gain.

Jusqu’aux élections de l’année dernière, le rythme alternait entre des semaines de dur travail et des weekends très festifs en ville et à la plage. Les choses ont bien changé depuis les élections : la sécurité s’est nettement détériorée, me forçant à un style de vie plus paisible. Je me suis remis au piano et en joue plusieurs heures par jour ! Heureusement, je peux toujours profiter des activités de plein air. Il y a un an, j’ai rencontré un autre ancien de la FASNY qui travaille aussi pour One Acre Fund, et qui est basé à Dar-Es-Salaam en Tanzanie, où il travaille dans le secteur de l’analyse du risque.

Eric Jabart, developing research tools to enable protein analysis at the single cell level

Eric Jabart

Applications scientist | Scientifique

My name is Eric Jabart and if that sounds familiar, it's likely because most people who have had any connection with FASNY over the last 30 years know my mother. I definitely spent my fair share of hours at FASNY, from nursery 3 all the way through seconde (before we had 1ere and terminale!), including a lot of pre-school and after-school hours, carpooling to work with mom. Spending extra time at school did have some advantages, I got to ring the bell between classes sometimes, would play basketball in the gym after hours with Gabe Feghali and Kim Nguyen, and joined every single after-school club there was, from the Origami club to Mrs. Coppens' popular musical theater shows, to Mrs. Henrard's famous cooking club (the spinach-dip bread bowl - so good!). Many of my childhood memories are associated with FASNY: the smell of the auditorium, doing backflips using the hallway doors, or finally getting my first "image" in Mrs. Silverman's first grade class. Many of my best friends today are from my childhood at FASNY as well, and even though they are living in all corners of the world, we are still part of each other's lives.

Many of the teachers at FASNY were great role models to me and I won't even try naming all of them here, but I will say thank you to all of them for preparing me for what lay ahead. After 13 years at FASNY and 2 at the lycee in the city (editor’s note: The Lycée Français de New York where most FASNY students enrolled after 10th grade, until FASNY opened its own 11th and 12th grades), I attended Johns Hopkins University in Baltimore, majoring in Biomedical Engineering (and Spanish). After completing my Masters degree at Hopkins, I moved to California and got my PhD in Bioengineering from UC-Berkeley in 2013. After a short post-doc I joined a biotech startup, Zephyrus Biosciences, where we developed an instrument to study protein in single cells, a technique useful for understandings differences in cancer cells, stem cells, and immune cells. As an applications scientist, I helped develop the instrument and worked with our first customers. Just this week, our startup was acquired, so I am starting a new job. I'm excited to see what the future holds, and thankful for all my experiences at FASNY as it helped get me to where I am today.

Je m’appelle Eric Jabart et si mon nom vous dit quelque chose, c’est probablement parce que la plupart des gens qui ont eu quelque rapport avec la FASNY au cours de ces 30 dernières années ont connu ma mère. J’ai passé en effet de nombreuses heures à l’école, de la petite section de maternelle jusqu’à la seconde (à l’époque l’école n’allait pas jusqu’en Terminale), et souvent longtemps avant et après les cours. Ces heures de plus à l’école n’étaient pas sans avantages : il m’arrivait de sonner parfois la cloche, de jouer au basket dans le gymnase avec Gabe Feghali et Kim Nguyen, et je faisais partie de tous les clubs possibles, du club Origami au club Comédie Musicale de Mme Coppens, au club cuisine de Mme Henrard (ah, la sauce aux épinards dans son bol de pain !). La plupart de mes souvenirs d’enfance sont associés à la FASNY, de l’odeur de l’auditorium aux sauts périlleux arrière en utilisant les portes des couloirs, à ma première image dans la classe de CP de Mme Silverman. Enfin, nombre de mes meilleurs amis aujourd’hui remontent à mon enfance à la FASNY, et bien qu’ils vivent maintenant aux quatre coins du monde, nous sommes toujours en contact.

Beaucoup des professeurs que j’ai eu à la FASNY ont été des exemples pour moi, et sans pouvoir tous les nommer, je voudrais ici les remercier tous de m’avoir préparé pour la suite. Après treize années à la FASNY et deux au Lycée (NDLR : le Lycée Français de New York où la plupart des élèves effectuaient leur 1ere et Terminale lorsque la FASNY n’allait que jusqu’en 2nde), j’ai poursuivi mes études supérieures à Johns Hopkins University à Baltimore, avec une concentration en ingénierie biomédicale (et espagnol). Après mon Masters à Johns Hopkins, je suis parti en Californie pour un Doctorat en Bio-ingénierie de UC-Berkeley (2013). Après un court postdoc j’ai rejoint une start-up dans la biotechnologie, Zephyrus Biosciences. Nous avons développé un outil qui permet d’étudier les protéines dans les cellules uniques, une technique qui permet de comprendre les différences dans les cellules cancéreuses, les cellules souches, et les cellules immunes. En ma qualité de scientifique, j’ai contribué à développer cet outil et ai travaillé avec nos premiers clients. Notre startup vient d’être achetée cette semaine (mars 2016), et je commence un nouveau travail. J’ai hâte de voir ce que l’avenir me réserve, et je suis reconnaissant à la FASNY pour toutes les expériences que j’y ai vécues et qui ont contribué à m’amener là où je suis aujourd’hui.

Jeremy Diamond, covering the presidential election for CNN.com

Jeremy Diamond

CNN.com Politics Reporter | Reporter politique à CNN.com

For this profile, FASNYPages talked to Jeremy on the phone. What follows are excerpts of our conversation.

“I attended FASNY from age 3 until my graduation in 2011 – I’m what we call a “lifer.” After FASNY, I went to George Washington University and graduated in December 2014. After interning at the network, I was hired freelance at CNN during my last semester at GW. I then got hired full time as a politics reporter for CNN.com. I am now (March 2016) assigned to the Trump campaign, and the last two months in particular I’ve been on the campaign trail 24/7. I’ve been home only once, but it's a fun journey – and a fascinating one.”

What does it take to be a journalist? “You need an innate curiosity about the world around you, about what’s really going on behind the scenes. You also need a breadth of understanding, as well as a drive and ability to learn about new things to be able to cover whatever may come your way.”

Advice to students aspiring to become journalists? “Keep an open mind about the things around you, be curious about learning about the world – and read and write as much as you can. You also need to be ambitious about achieving your goals and driven about giving a voice to the powerless.”

From 8th grade until graduation, Jeremy worked as an editor at The Messenger, the student newspaper. “I often joke with Mr. Peinado how he was the first subject of my intense probing and critical mindset.”

Jeremy credits his years at FASNY for shaping that mindset: “We had incredible teachers who truly taught us to examine issues critically and to open our eyes, not just to the small community around us, but to the rest of the world. Thinking globally is something that I still hold on to.”

FASNY’s bilingual, multicultural environment also shaped Jeremy’s reporting: “I may not come across a lot of French people on the campaign trail, but at FASNY I learned to connect with people from around the world, people with all kinds of different perspectives, different religions, different ways of thinking about the world. Everybody is holding a different kaleidoscope to their eyes, and the way that they interpret the world differently. That’s an important thing to understand. Every day I talk to people who have all kinds of different perspectives on issues, who have so many different experiences from what I may have lived through. Being able to connect with people in a field where you are constantly trying to get people to reveal things that they may not want to at first is key.”

Pour ce profil, FASNYPages s’est entretenu téléphoniquement avec Jeremy. Voici des extraits de notre conversation :

« J’ai fréquenté la FASNY de l’âge de trois ans jusqu’à mon bac en 2011 – je suis ce que nous appelons un lifer, un élève qui a passé toute sa scolarité à la FASNY ! Après le bac, je suis allé à George Washington University et ai terminé en décembre 2014. J’ai fait un premier stage à CNN pendant mes études, à la suite duquel j’ai été embauché comme free–lance pendant mon dernier semestre à George Washington. J’ai ensuite été engagé à plein temps en qualité de reporter politique pour CNN.com. A l’heure actuelle (mars 2016), je suis la campagne de Donald Trump, et depuis ces deux derniers mois, c’est 24h/24, 7 jours/7 : je ne suis rentré chez moi qu’une seule fois, mais c’est une expérience formidable et fascinante à la fois. »

Quelles sont les qualités requises d’un journaliste ? « Il faut une curiosité innée du monde qui vous entoure, l’envie de connaître l’envers du décor. Il faut aussi une grande aptitude à comprendre, et la volonté et la capacité d’apprendre de nouvelles choses afin de pouvoir couvrir tout évènement quel qu’il soit. »

Ses conseils aux élèves qui voudraient devenir journalistes : « Garder l’esprit ouvert, vouloir toujours en apprendre plus sur le monde qui vous entoure, et lire et écrire le plus possible. Il faut aussi avoir l’ambition d’atteindre ses objectifs, et être porté par le désir de donner une voix à ceux qui n’en ont pas. »

De la 4ème à la Terminale, Jeremy était parmi les éditeurs du Messenger, le journal des élèves de la FASNY. « M. Peinado été le premier objet de mes inquisitions et de mon esprit critique, un souvenir que nous ne manquons jamais d’évoquer en plaisantant ! »

Jeremy attribue cet état d’esprit à ses années passées à la FASNY. « Nous avions des professeurs formidables qui nous enseignaient réellement à examiner toute question sous un angle critique et à ouvrir nos yeux, pas seulement à la petite communauté qui nous entourait, mais à l’ensemble du monde. Mener une réflexion à l’échelle globale est encore quelque chose qui m’anime. »

L’environnement bilingue et multiculturel de la FASNY a aussi contribué à façonner le style journalistique de Jeremy. « Je ne rencontre sans doute pas beaucoup de gens qui parlent français dans cette campagne, mais à la FASNY j’ai appris à établir le contact avec des gens du monde entier, avec des gens qui avaient des perspectives très diverses, des religions différentes, des façons de voir le monde différentes. Chacun tient devant ses yeux un kaléidoscope différent, et interprète le monde différemment. C’est une chose essentielle à comprendre. Chaque jour je parle avec des gens qui ont toutes sortes de points de vue différents sur les mêmes sujets, qui ont vécu des expériences totalement différentes de celles que j’ai vécues. Etre capable d’établir une relation, dans un domaine où vous êtes constamment en train d’essayer d’amener les gens à révéler des choses qu’ils n’ont pas forcément envie de dire, est crucial. »

Raphaëlle Peinado, working with cocoa farmers in Ecuador, Peru, Ivory Coast and Ghana to make their farms profitable and productive in order for cocoa to be a viable option for them to generate income

Raphaëlle Peinado

Sustainability Manager | Responsable Développement durable

After graduating from High School, I attended McGill University where I completed a Bachelor's of Arts in Political Science and Hispanic Studies. Immediately after McGill, I decided to undertake a Master's Degree in Development Management at the London School of Economics (International Development).

Whilst studying for my Master's, it became quite clear to me that my interests in International Development were more geared towards social enterprise and private sector-led development. As such, a couple of months after my Master's, I moved to Peru to help a friend from McGill start a social enterprise, based in Lima and focused on raising awareness about plastic pollution through the provision of waste management services, sales of R-Pet products (recycled plastic products), and the organization of awareness-raising campaigns.

After working on this social enterprise for a year, I found a job in Peru at another social enterprise working on payment for environmental services schemes with indigenous communities in the Amazon-- the objective of these projects was to conserve the primary forest within these communities by helping to provide alternative income generating activities for these communities. Instead of selling their forests for income, the payment for environmental services mechanism allowed the communities to reinvest a significant portion of income from this activity into productive and sustainable enterprises, such as coffee and cocoa production, thereby generating more income and improving their livelihoods.

I worked on this project for about a year and became very interested both in cocoa and in the concept of shared value within companies. I found that it is actually in the interest of the private sector to shift its business model and ensure that business is working for all actors within value and supply chains. I therefore began working for a cocoa supply chain management multinational whose services range from trading to processing. I work as a Sustainability Manager for this company and have been based in both Ecuador and Peru with them, but am currently working on most of the company's sustainability projects in producing countries (Ecuador, Peru, Ivory Coast, and Ghana). The idea here is that unless cocoa becomes an attractive business opportunity for all stakeholders in the value chain, the cocoa sector will diminish, hurting both producers and the private sector. Cocoa is mainly farmed by small-holder producers with very little land and income. For these reasons, we work closely with producers, helping them to make their farms profitable and productive in order for cocoa to be a viable option for them, as opposed to a last resort for generating income. For the company, this work proves to be advantageous, as it ensures long-term supply-- something both fundamental and strategic for the company.

This work has been incredibly rewarding and challenging, as I have worked very closely with the commercial arm of the team and have been involved in strategy for the first time in my career. Since businesses must adapt to shifting conditions, shared value becomes an invaluable tool for them and a core part of their business model.

I hope to be able to continue working in the field of Sustainability/Shared Value and see its evolution, which is relatively new and constantly evolving. The innovations within this field are fascinating, and there is definitely never a boring day!

Après le bac, j’ai poursuivi mes études à McGill University où j’ai obtenu un Bachelor's of Arts in Political Science and Hispanic Studies. J’ai immédiatement enchaîné avec un Master's Degree in Development Management à la London School of Economics (Dévelopment International).

Lors de mon Master’s, il m’est clairement apparu que mon penchant pour le développement international était plus orienté vers l’entreprenariat social et le développement par le secteur privé. C’est ainsi que peu de temps après avoir terminé mon Master’s, je suis partie au Pérou aider un(e) ami(e) de McGill à commencer son entreprise sociale basée à Lima, dont l’objet était d’éveiller les consciences au sujet de la pollution des plastiques par la mise en place de services de traitement des déchets, la vente de produits plastiques recyclés, et l’organisation de campagnes d’information.

Après environ un an passé à développer ce projet, j’ai travaillé pour une autre entreprise sociale au Pérou dont l’objectif était de procurer des revenus aux communautés indigènes de l’Amazonie en échange de services environnementaux. L’objectif était de préserver la forêt primaire dans laquelle vivent ces communautés en leur fournissant des sources alternatives de revenu. Plutôt que de vendre leurs forêts, le mécanisme du paiement pour services environnementaux permettait à ces familles de réinvestir une partie significative de ce revenu dans des entreprises productives et durables, telles que la production de café et de cacao, productions qui généraient à leur tour plus de revenu et amélioraient les conditions de vie de ces communautés.

J’ai travaillé sur ce projet pendant environ un an et me suis beaucoup intéressée au cacao et à la notion de valeur partagée au sein des entreprises. Je me suis rendue compte que c’est dans l’intérêt du secteur privé de changer de modèle économique et de s’assurer que la proposition économique soit viable pour tous les acteurs, à tous les stades de la production. C’est ainsi que j’ai commencé à travailler pour une multinationale de gestion de la chaîne d’approvisionnement en cacao, dont l’activité s’étend du négoce à la transformation. En qualité de responsable du développement durable au sein de cette entreprise, j’ai travaillé à partir de l’Equateur et du Pérou, mais mes fonctions m’amènent en réalité sur la plupart de leurs projets de développement durable dans leurs pays de production (Equateur, Pérou, Côte d’Ivoire et Ghana). L’idée fondamentale est qu’à moins que le cacao ne soit une proposition économique viable pour tous les intervenants, l’ensemble du secteur souffrira, ce qui impactera à la fois les producteurs et le secteur privé. Le cacao est principalement produit par de petits producteurs qui ont très peu de terres et de revenu. Pour cette raison, nous travaillons étroitement avec eux pour assurer la rentabilité de leurs exploitations afin d’éviter qu’ils ne choisissent la production de cacao qu’en source de revenu d’appoint ou de dernier ressort. Pour l’entreprise, cet effort se révèle en définitive avantageux car il assure un approvisionnement stable – ce qui est à la fois fondamental et stratégique.

C’est un travail extrêmement valorisant qui m’a permis de travailler très étroitement avec la branche commerciale de l’entreprise et d’être associée, pour la première fois de ma carrière, à la définition de la stratégie. Les entreprises devant s’adapter aux conditions, la notion de valeur partagée devient pour elles un outil indispensable et une partie intégrante de leur modèle de gestion.

J’espère pouvoir continuer à travailler dans le domaine du développement durable et de la valeur partagée, un domaine récent et en constante évolution. Les innovations y sont fascinantes et on ne s’y ennuie jamais !

Welcome Alumni!

Whether you are a "lifer" or your stay with us was shorter, you are part of the FASNY community.

Stay engaged:

Calendar

There are no calendar events to display